• 12 juin 2014

    Lomé selon Mlle Trysha.

    Toujours dans l’optique de faire de la veille en matière d’influence digitale, nous actualisons régulièrement la liste de blogueuses vivant en Afrique. La majeure partie du temps, elles ne postent pas de manière régulière (à notre grand regret), mais ça se comprend: l’accès au web n’est pas encore démocratisé en Afrique subsaharienne comme vous le savez et surtout, entretenir un blog, demande du temps et de la passion. Raison pour laquelle nous sommes ravis de découvrir des blogueuses telles que Trysha, qui nous font découvrir leur ville à-travers leur plateforme. Basée à Lomé, elle est âgée de 22 ans et blogue avec un ton résolument féminin. On apprécie la qualité du blog, des photos.. et nous pensons que vous aimerez également !

    Le lien de son blog: http://tremblonmaiosons.com

  • 7 juin 2014

    Nouveau clip à voir: "Adonai" par Sarkodie & Castro.

    Sarkodie, la star internationale du rap ghanéen et ambassadeur Samsung Ghana, vient de publier la version vidéo de son hit « Adonai« . Ce titre, enregistré en collaboration avec l’indétrônable Castro, connaît un grand succès depuis sa sortie il y a quelques mois.

    La vidéo a été tournée à Johanesbourg (Afrique du Sud), par Nana Kofi Asihene (Uprooted Media) à qui on doit déjà le clip de « Shots on shots » par Sarkodie et le nigérian Ice Prince.

  • 21 mai 2014

    L’Union Européenne au secours du patrimoine audiovisuel africain..

    Le projet « Capital numérique », dont le coup d’envoi a été donné au premier trimestre 2014, est un plan sur trois ans, d’un montant total de 685.000 € (dont 500 000 € apportés par le programme ACP Cultures + financé par l’Union européenne). Il comporte trois volets :

    La remise en circulation de centaines d’œuvres numérisées par la Bibliothèque Nationale de France. Il s’agit de films et de séries télévisées soutenus par le Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud depuis 25 ans et qui, dans le cadre du projet pourront connaître une nouvelle diffusion, grâce à la société Côte Ouest Audiovisuel (premier fournisseur de programmes d’Afrique francophone). Parallèlement, le projet apportera un appui à l’Institut Imagine de Ouagadougou, dont le pôle Archives audiovisuelles sera renforcé pour permettre, à terme le « rapatriement » et la consultation sur place d’une partie des œuvres africaines numérisées par la BNF.

    La mise en place d’un cadre juridique propice à la sauvegarde du patrimoine audiovisuel. Le projet permettra de soutenir l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) qui a entrepris d’harmoniser les législations sur le droit d’auteur dans ses huit Etats membres et de faire adopter une directive instaurant le dépôt légal audiovisuel. Ce chantier législatif sera mené avec l’aide d’experts de l’Institut National de l’Audiovisuel (français).

    La valorisation des archives des télévisions nationales. Dans vingt pays (dix-neuf pays d’Afrique subsaharienne et Haïti), les télévisions publiques ont été équipées depuis plusieurs années d’un même logiciel de numérisation et d’indexation mis au point par le CIRTEF (Conseil International des Radios et Télévisions d’Expression Française). Le projet « Capital numérique » va permettre une mise en réseau des fonds d’archives de ces télévisions, grâce un nouvel outil mis au point par l’INA et baptisé « Archibald ». Les possibilités d’échanges ainsi crées permettront la production de nouveaux programmes à base d’archives : la série « Flashback » évoquera chaque jour une page de l’histoire politique, économique, sociale, culturelle ou sportive du continent africain.

  • 12 mai 2014

    Les milles et un visages du consommateur africain.

    Un des gros problèmes que l’on a pour appréhender le lancement de son activité en Afrique, ce sont les données. Ou du moins, y avoir accès. Encore plus difficile lorsque l’on souhaite se lancer dans une activité commerciale.

    A défaut d’avoir des études de marché précises par pays ciblés, il est toujours recommandé de partir avec quelques « data » de base. Le cabinet américain BOSTON CONSULTING GROUP a publié une étude récente sur la consommation en Afrique, après avoir interrogé près de 10.000 personnes dans 8 pays africains (Algérie, Angola, Egypte, Ghana, Kenya, Maroc, Nigéria, Afrique du Sud). Bien sûr, certains résultats sont des évidences mais d’autres sont assez surprenants. 

     

    Vous pouvez  avoir un aperçu de l’étude ici (n’oubliez pas de vous inscrire au bas de la page pour lire dans son intégralité ce qui a été posté).

     

  • 9 mai 2014

    5 séries africaines à voir sur le web !

    Bonjour, ici Paola !

    Les fictions africaines connaissent un succès de plus en plus grand, notamment grâce à la focalisation des médias sur Nollywood, la plus importante des industries cinématographiques africaines.
    Même si on en parle moins, les webséries commencent elles aussi à se faire une place au soleil.
    A ce sujet, je vous en recommande 5:

    *SHUGA: financée par MTV et les Nations Unies, cette fiction a d’abord été diffusée au Kenya, et à l’époque, une de ses actrices principales était une certaine Lupita Nyong’o. De quoi ça parle ? Une bande de jeunes de Nairobi pris dans des intrigues où se mêlent amour, sexe, argent et bien sûr… SIDA. Une manière de sensibiliser les jeunes (sur le port du préservatif) bien plus fun qu’une conférence sur les risques des rapports non-protégés. Après son succès au Kenya (voir tous les épisodes de la 1ère saison ICI , SHUGA est devenue une franchise. Son nouveau décor ? La cosmopolite LAGOS. Le principe reste le même, mais avec des personnages différents et un environnement bien plus bling bling. On ne boude pas l’apparition de quelques stars nigérianes, la musique diffusée tout au long des épisodes et mon coup de coeur: l’actrice Dorcas Shola Fapson, qui incarne incroyablement bien « Sophie », une « gold digger » qui court après les Suga Daddys pour s’offrir les dernières mèches brésiliennes.
    A voir ici.

    maxresdefault7fe38e253c78

    *LOVE GAMES: Dans le même registre que SHUGA, « Love Games » est une websérie que j’adore. L’action se passe à Lusaka, capitale de la Zambie. Cette série, contrairement à la précédente citée, aborde beaucoup plus et en profondeur les divers problèmes que l’on peut rencontrer dans les rapports Hommes-Femmes.. De la violence conjugale au ménage à trois, il y en a un peu pour tous les goûts. J’ai également apprécié la possibilité de découvrir la culture zambienne, un pays dont on entend parler assez peu. En bref, une série très en phase avec le réel, à voir absolument:
    A voir ici.
    maxresdefaultb221e82441f7
    *AN AFRICAN CITY: Prenez Sex & The City, ajoutez-y une grosse cuillière de culture ghanéenne et vous obtenez An African City. On suit les aventures d’une bande de 5 copines ghanéennes dans la capitale, Accra. Les problématiques abordées tournent autour du sexe, de l’adaptation à la culture locale quand on rentre de l’étranger etc.. J’adore le stylisme des actrices, l’écriture assez piquante des répliques et le choix des sujets. Néanmoins, je trouve qu’il y a parfois un peu trop de scènes parlées et moins d’action (un problème de moyens de production ?) et parfois, un copié-collé un peu trop flagrant avec Sex & The City. A regarder pour vous faire votre idée ici.
    maxresdefaultd358a654be22
    *GIDI CULTURE & GIDI UP: Produites par deux structures différentes, ces séries se ressemblent plus ou moins.
    Gidi_up-pro
    On surfe toujours autant sur une sorte de « Gossip Girl » basé à Lagos. Je préfère largement une des deux mais histoire de ne pas vous influencer, je ne dirai pas laquelle ! A voir ICI et ICI.